Navigation Menu+

L’investissement dans une start-up

La création de startups est considérée par de nombreux jeunes diplômés et demandeurs d’emploi comme une meilleure issue pour améliorer leur situation. Toutefois, seules peu d’entre ces nouvelles entreprises peuvent durer. Pour bien démarrer ses activités, un chef d’entreprises a besoin d’investisseurs. Pour se faire plus de profits, ces derniers se basent sur certains critères avant de procéder à l’investissement dans une start-up.

Les quatre points à valider au préalable d’un investissement dans une start-up

investissement-dans-une-start-up.jpg

Sans doute, il est inutile de procéder à l’investissement dans une start-up pour une entreprise qui ne va pas durer. Les investisseurs doivent, ainsi, mieux s’informer a priori sur le dirigeant ainsi que sur son équipe. Ils commencent par vérifier leurs qualités et compétences en matière de management. La proposition de valeur ainsi que le potentiel du marché font aussi partie des principaux critères précédant l’investissement dans une start-up. L’investisseur doit s’assurer que l’entrepreneur dispose d’une stratégie bien définie de produit/marché. Les services doivent être innovants. Cet investisseur doit avoir de données financières mettant en relief le délai permettant d’atteindre le seuil de rentabilité. Il faut également que l’équipe soit apte à maintenir et à défendre sa place à travers le marché. Ces critères sont essentiels, tout comme la nature et le niveau de concurrence. Par ailleurs, les projections financières sont aussi importantes aux yeux des investisseurs.

Doit-on faire confiance aux start-up ? Quels bénéfices sur le long terme pour les investisseurs ?

quels-benefices-sur-le-long-terme-pour-les-investisseurs.jpg

Une startup qui dure est avantageuse vis-à-vis de l’investisseur. Pour la question fiscale, l’Etat encourage l’investissement dans une start-up. L’investisseur bénéficie d’un dispositif fiscal avantageux. La réduction peut dépasser les 15 % de l’Impôt sur le Revenu. En ce qui concerne l’ISF ou Impôt de Solidarité dur la Fortune, ce taux peut toucher les 50 %. Sur le long terme, l’investisseur peut s’attendre à différentes formes de rémunération.